Pôle emploi réclame 130.000 euros à un médecin d'Angers

Un médecin a bénéficié de 133.972 euros d’allocation d’aide aux travailleurs privés d’emploi durant trois ans, alors qu'il travaillait.

La justice devra se prononcer sur cette affaire le 23 septembre 2019. Âgé de 59 ans, Olivier, un médecin d'Angers est accusé de fraude par Pôle emploi. Entre janvier 2014 et août 2016, l'agence lui a versé 133.972 euros d’allocation d’aide aux travailleurs privés d’emploi. Pourtant, durant toutes ces années, il a travaillé comme médecin et ainsi encaissé des revenus. "Ce n’est pas moi qui ai perçu ces rémunérations, c’est une personne morale, la société", s'explique l'accusé à la barre du tribunal correctionnel d'Angers. Une défense qui ne semble pas convaincre la présidente du tribunal, Nathalie Bujacoux, comme le rapporte Le Courrier de l'Ouest. "Vous jouez sur les mots. C’est bien vous, personne physique, qui avez effectué ces consultations et ces visites et mis de côté tout ce que gagnait votre société", lui lance-t-elle alors.

Lire la suite : Pôle emploi réclame 130.000 euros à un médecin d'Angers

Renvoyée d'une réunion Pôle emploi car elle allaitait son enfant

Elle a reçu des excuses de la part de Pôle emploi, même si elle pourrait s’être vue indiquer la sortie en raison des pleurs de son bébé.

L’allaitement serait-il tabou chez Pôle emploi ? C’est ce que dénonce une jeune maman, dans un post Facebook publié la semaine passée. Son histoire est relayée par France 3 Provence – Alpes et Côte d’Azur. Les faits se sont déroulés mercredi dernier, lors d’une réunion collective de demandeurs d’emploi à l’agence Pôle emploi d’Istres, dans les Bouches-du-Rhône. Une réunion à laquelle la jeune femme n’a pas pu assister dans sa totalité. Selon elle, le fait qu’elle allaite son bébé de 5 mois posait problème, alors que la réunion avait débuté depuis 30 minutes et qu’elle tentait de calmer son fils en le mettant "au sein sous [son] écharpe de portage".

Lire la suite : Renvoyée d'une réunion Pôle emploi car elle allaitait son enfant

Difficultés de recrutement : Pôle emploi passe à la vitesse supérieure

L'opérateur public va augmenter d'un quart ses effectifs de conseillers entreprises, soit un millier en plus, d'ici au 1 er janvier 2020. Leur mission : trouver un candidat pour toute offre d'emploi non pourvue au bout de 30 jours. Ils seront remplacés par autant de CDD dont le recrutement sur trois ans a été promis lors de l'annonce de la réforme de l'assurance-chômage.

Pour le gouvernement, il y a urgence à remédier aux difficultés de recrutement, un problème dont l'ampleur freine l'activité et la baisse du chômage. Message reçu cinq sur cinq chez Pôle emploi : l'opérateur public va augmenter de près de 25 % ses effectifs de conseillers dédiés aux entreprises pour les porter à 5.300 d'ici au 1er janvier 2020, a-t-on appris de sources concordantes. Soit un millier de personnes supplémentaires et volontaires, qui seront remplacées par autant de personnes dont l'embauche en CDD avait été annoncée mi-juillet, lors de la présentation de la réforme de l'assurance-chômage mais dont l'affectation n'avait pas été précisée.

Lire la suite : Difficultés de recrutement : Pôle emploi passe à la vitesse supérieure

Pôle emploi : des offres d'emploi qui créent la polémique



Pôle emploi estime que les plateformes de livraisons comme Uber Eats ou Deliveroo sont des employeurs comme les autres. L'organisme publie sur son site des offres d'emploi pour être livreur.

Lire la suite : Pôle emploi : des offres d'emploi qui créent la polémique

Un intermittent du spectacle fait condamner Pôle emploi et obtient 47.000 Euros

Dans un jugement rendu courant avril, le tribunal de grande instance de Montpellier a condamné Pôle emploi à verser trois ans et demi d’indemnités que l’organisme devait à un intermittent du spectacle, révèle le site d’investigation Le D’Oc ce mardi.

La somme peut paraître spectaculaire. Dans un jugement rendu courant avril par le tribunal de grande instance de Montpellier, Pôle emploi a été condamné à verser une importante somme à un intermittent du spectacle : 47.000 euros révèle le site d’investigation locale Le D’Oc ce mardi 20 août. Cet intermittent avait été privé de ses allocations-chômage pendant trois ans et demi. Les 47.000 euros - qu'il a finalement touchés en juillet - représentent donc l’intégralité des indemnités chômage que Pôle emploi lui devait. Ce à quoi s’ajoutent 5.000 euros de dommages et intérêts pour préjudice moral, ainsi que 3.600 euros de frais d’avocat.

Lire la suite : Un intermittent du spectacle fait condamner Pôle emploi et obtient 47.000 Euros

Outre mer, les portefeuilles des conseillers Pôle emploi demeurent très importants et les écarts s'accentuent

Après l'ensemble du continent et la Corse, nous allons regarder la taille des portefeuilles des conseillers de Pôle emploi outre mer actualisant ce que nous avons écrit l'an dernier (voir Des portefeuilles particulièrement importants pour les conseillers de Pôle emploi Outre-mer) à partir des données fin juin 2019, afin de tenter dans les articles suivants quelques synthèses et d'introduire des correctifs.

Les chiffres concernent la Guadeloupe (14 agences dont une à Saint-Martin), la Guyane (5 agences), la Martinique (9 agences), Mayotte (2 agences) et la Réunion (17 agences), avec des nombre totaux d'inscrits très différents : 1 165 à Marie Galante et 1 268 à Jarry en Guadeloupe, 13 143 au Tampon, 10 537 à Saint-Joseph, 10 021 à Saint-André à la Réunion.

Nous mettons à part la petite agence de Saint-Pierre et Miquelon, rattachée à la Normandie, avec ses 138 inscrits, dont les portefeuilles des conseillers 55 en suivi, é9 accompagne, 50 en renforcé sont difficilement comparables et Saint-Louis à la Réunion qui ne donne qu'un seul chiffre, 329 pour le guidé

Lire la suite : Outre mer, les portefeuilles des conseillers Pôle emploi demeurent très importants et les écarts...