UNE RÉFORME DE L'ASSURANCE CHÔMAGE QUI RENFORCE LA MAINMISE DE L'ÉTAT

Après avoir engagé la réforme du marché du travail en 2017 et celle de la formation professionnelle en 2018, le gouvernement est en train de boucler celle de l’Assurance chômage en 2019. Cette réforme va modifier considérablement le système d’indemnisation de demandeurs d’emploi avec de nouvelles règles qui vont se mettre en place pour eux.

Ces nouvelles règles prévoient des conditions plus dures pour prétendre à l’indemnisation, une mise en place de la dégressivité des allocations pour les salariés les plus privilégiés et le changement des modalités de calcul de l’indemnité pour éviter que le demandeur d’emploi perçoive une rémunération supérieure que lors de sa période d’activité.

Les indemnités de chômage seront calculées sur la base des jours travaillés

Lire la suite : UNE RÉFORME DE L'ASSURANCE CHÔMAGE QUI RENFORCE LA MAINMISE DE L'ÉTAT

« Pôle emploi et son schéma nous renvoient à notre inutilité, à notre absence de lien aux autres »



7h45 : petite séance d’exercice à jeun. 9h15 : c’est parti pour une recherche efficace... Vous vous souvenez de ce schéma infantilisant d’un Pôle emploi régional, décrivant la « journée type » du chômeur efficace ? Ce témoignage de James, demandeur d’emploi pourtant diplômé, met à bas la théorie du temps optimisé imaginé par les « coachs » de pôle emploi. Et illustre la réalité crue de la solitude d’un chômeur et de la quête sans fin d’un boulot.

Lire la suite : « Pôle emploi et son schéma nous renvoient à notre inutilité, à notre absence de lien aux autres »

Réforme de l'assurance-chômage : la CFDT repart à la charge

Le syndicat a redit ce lundi tout le mal qu'il pense des projets de décrets du gouvernement, à la veille de leur consultation par les partenaires sociaux. Pas question pour autant d'abandonner l'Unédic, ne serait-ce que pour conserver l'accès à une contre-expertise indépendante.

En attendant de voir ce qu'en dira le Conseil d'Etat, les projets de décrets du gouvernement réformant l'assurance-chômage vont passer leur premier test ce mardi devant les partenaires sociaux. Le ministère du Travail n'a pas grand-chose à craindre puisque leur avis est consultatif. Cela ne devrait pas empêcher syndicats et patronat de redire tout le mal qu'ils pensent d'une réforme qui leur a été imposée dans la foulée de l'échec, mi-février, de leur négociation.

La CFDT ne s'est pas privée de repartir à l'attaque ce lundi devant quelques journalistes. Pour Marylise Léon, la numéro deux de la confédération, les « fondamentaux » même du régime sont ébranlés par la nouvelle formule de calcul de l'allocation. Celle-ci privilégie une moyenne mensuelle des salaires antérieurs et non plus sur les seuls jours travaillés. « Il y aura un impact certain sur tous ceux qui ne travaillent pas en continu », a-t-elle asséné. Sans oublier tous ceux qui vont basculer au RSA, a pointé Patricia Ferrand, la présidente (CFDT) de l'Unédic.

Lire la suite : Réforme de l'assurance-chômage : la CFDT repart à la charge

Vers un rapprochement Pôle Emploi – Agefiph ?

Dans le cadre de la nouvelle offre de services pour favoriser l'emploi des personnes en situation de handicap, les questions sont posées : Qui va faire quoi ? Comment ? Sous quelle gouvernance ? A quand des réponses concrètes ?

Selon nos sources, rien n'est encore décidé concernant le rôle de l'Agefiph et du FIPHFP dans le cadre des relations avec Pôle Emploi. Une chose est certaine, il va y avoir du changement ! La « fuite » du document de travail, rédigé par les services de l'État le 4 juillet 2019, dont l'ancienne présidente de l'Agefiph, Anne Baltazar s'est fait l'écho, n'a pas manqué de « crisper » les différents acteurs. Certes, ce document avait de quoi heurter certains collèges de l'Agefiph (organisme paritaire co-géré par les syndicats de salariés, les organisations patronales et les associations de personnes handicapées) mais il pose la question essentielle de l'avenir de l'Agefiph.

Lire la suite : Vers un rapprochement Pôle Emploi – Agefiph ?

Comment sont calculés les chiffres du chômage ?

Quelle est la différence entre la méthode de calcul des chiffres du chômage selon l'Insee et le nombre de demandeurs d'emploi défini par Pôle emploi ? Toutes les réponses en vidéo !


 

Point sur la trajectoire financière du régime d’Assurance chômage avant la réforme

L’Unédic anticipe un retour à l’équilibre de l’Assurance chômage fin 2020. Le solde financier du régime s’améliorerait d’année en année. Après un déficit de – 1,7 Md€ en 2019, son solde serait de - 0,5 Md€ en 2020, puis il serait excédentaire de + 1,2 Md€ en 2021 et de + 3,3 Mds€ en 2022.
Avec des perspectives de croissance identiques à celles de ces derniers mois, le retour à l’équilibre interviendrait fin 2020, comme annoncé en mars dernier. La dette de l’Assurance chômage se stabiliserait fin 2020 à 37,8 Mds€. Le désendettement serait engagé fin 2021.

Avant le rapport sur les perspectives financières 2019-2022 qui sera publié à la rentrée et alimenté par une étude d’impact des nouvelles règles d’indemnisation (post-décret), le Bureau de l’Unédic a examiné et adopté, comme tous les quatre mois, le point sur la trajectoire financière du régime d’Assurance chômage.

Un contexte conjoncturel inchangé par rapport au précédent exercice

Les prévisions financières de l’Unédic s’appuient sur les hypothèses de croissance et d’inflation du Consensus des économistes. Les hypothèses de croissance du PIB de juin 2019 sont identiques à celles de mars dernier. Les dépenses d’Assurance chômage au premier semestre 2019 ont été légèrement plus fortes qu’anticipé en mars 2019. Par ailleurs les recettes constatées sont plus élevées que ce qui était prévu en mars dernier. Cet écart aurait plutôt tendance à se maintenir les années suivantes avec une prévision de masse salariale très proche de celle présentée en mars. Au final, le retour à l’équilibre serait attendu au second semestre 2020, comme annoncé lors du précédent exercice de prévision.

Lire la suite : Point sur la trajectoire financière du régime d’Assurance chômage avant la réforme