Orange : et Pôle emploi signent un accord de partenariat en faveur de l’emploi des personnes en situation de handicap

Son objectif est le recrutement de 150 collaborateurs et 360 alternants et stagiaires en situation de handicap de 2017 à la fin 2019. L'enjeu principal d'Orange est de recruter sur ses cœurs de métiers que sont le digital, les réseaux télécoms et la relations clients.

Dans ce cadre, Pôle emploi apporte son concours à Orange en mobilisant ses conseillers sur l'ensemble du territoire afin d'assurer la réussite de ces recrutements.

L'accord de partenariat va, concrètement, installer une relation de proximité entre les référents diversité d'Orange et les représentants régionaux de Pôle emploi. Sur chaque territoire, les deux partenaires établiront conjointement un plan d'action qui prendra en compte les besoins et les ressources disponibles et décrira les modalités d'intervention sur le terrain.

Un pilotage et un suivi régulier au niveau régional et national permettront d'assurer l'essaimage des bonnes pratiques au bénéfice du résultat attendu par les deux signataires.

Lire la suite : Orange : et Pôle emploi signent un accord de partenariat en faveur de l’emploi des personnes en...

Pôle Emploi, Inserm, Cnes: quand travailler dans le public rapporte beaucoup à un petit nombre



Selon une enquête du site Capital, certains opérateurs publics rémunèrent grassement leurs pontes. Les 10 plus gros salaires ont perçu en 2017 168.045 euros brut chacun.

Lire la suite : Pôle Emploi, Inserm, Cnes: quand travailler dans le public rapporte beaucoup à un petit nombre

Société Générale recrute le DSI de Pôle Emploi

Laurent Stricher a rejoint le groupe Société Générale à compter du 3 décembre 2018, en tant qu’adjoint au directeur des systèmes d’information Zakaria Moursli.

Laurent Stricher avait notamment enclenché le projet de démontage du Mainframe de Pôle Emploi. Un projet qui s’enlise actuellement.

Après avoir débuté dans l’industrie chez Thalès en tant que chef de projet, Laurent Stricher rejoint l’entité conseil en management du groupe Capgemini en mai 2000. Il mène des missions d’organisation et de stratégie des systèmes d’information dans l’industrie, les services et la banque de détail.

En septembre 2009, il rejoint la Direction des systèmes d’information de Pôle emploi en tant que secrétaire général. Après plusieurs expériences opérationnelles sur les systèmes d’information des fonctions supports et cœur métier, il est nommé en octobre 2014 directeur général adjoint de Pôle emploi en charge de la Direction des systèmes d’information.

Lire la suite : Société Générale recrute le DSI de Pôle Emploi

Pôle emploi : Les arnaques par E-mail se multiplient

Des escrocs promettent aux chômeurs un travail factice contre une avance sur salaire qui peut s’élever à plusieurs milliers d’euros.

“On ne donne jamais d’argent pour travailler” confie à Capital, Damien Bancal, journaliste et fondateur du site Zataz. Ce dernier a enquêté sur un phénomène de plus en plus dénoncé par les chômeurs : les arnaques à l’emploi, envoyées par e-mail ou postées sur les réseaux sociaux ou les sites d’annonces comme Le Bon Coin.

“Les escrocs piratent les comptes d’entreprises partenaires de Pôle Emploi ou utilisent le hameçonnage pour récupérer les mails des demandeurs d’emploi. Ensuite ils envoient énormément de fausses annonces pour faire miroiter un emploi aussi fictif que dangereux”, avertit-il.

Le scénario est toujours plus ou moins le même : le faux recruteur envoie un chèque au chômeur dont le montant est largement supérieur au salaire. L’escroc réclame ensuite le virement de la différence et quelques jours plus tard, la victime est informée que le chèque est sans provision.

Lire la suite : Pôle emploi : Les arnaques par E-mail se multiplient

Pôle emploi : l'accompagnement renforcé des chômeurs porte ses fruits

Le dispositif global pour les chômeurs les plus en difficultés affiche des taux de retour à l'emploi encourageants. La clef ? Des entretiens fréquents que l'opérateur ne peut pas répliquer pour les autres publics, faute d'effectifs suffisants.

Faire travailler ensemble conseillers de Pôle emploi spécialisés et travailleurs sociaux des conseils départementaux au service des chômeurs qui cumulent éloignement du marché du travail et galères financières, de transport, d'hébergement ou autres freins dits « périphériques » : c'est l'objectif de l'accompagnement global, un dispositif mis en place début 2014 dans la foulée d'une expérimentation menée auprès de bénéficiaires du RSA. Quatre ans et demi plus tard, l'impact semble positif si l'on en juge par les résultats, récemment publiés, d'une évaluation menée fin 2017.

Trois points supplémentaires

Lire la suite : Pôle emploi : l'accompagnement renforcé des chômeurs porte ses fruits

BUSINESS FRANCE, PÔLE EMPLOI… Les folles rémunérations des pontes des opérateurs publics

Dans certaines de ces structures travaillant pour l’Etat, les 10 personnes les mieux payées touchent, en moyenne, davantage qu’Emmanuel Macron et ses 181.685 euros bruts annuels.

Qui a dit que bosser dans le public ne payait pas ? Au sein des opérateurs de l’Etat, ces structures assurant une activité de service public, contrôlées par l’Etat et financées majoritairement par ce dernier, les personnes les mieux payées affichent parfois des rémunérations à faire pâlir plus d’un salarié lambda, voire même un cadre sup’. Au sein des 20 entités affichant les plus grosses rémunérations, que nous détaillons dans un tableau plus bas, les 10 plus gros salaires ont perçu, en moyenne en 2017, 168.045 euros brut chacun, selon notre décompte, basé sur un rapport annexé au Projet de loi de finances 2019. En effet, depuis 2015, ces organismes rattachés à l’Etat sont obligés d’y faire figurer ces éléments.

Quel organisme gâte le plus ses meilleurs éléments ? Business France, l’institution chargée de faire rayonner l’économie française à l’étranger, anciennement chapeautée par l’actuelle ministre du Travail, Muriel Pénicaud. En moyenne, les 10 personnes y affichant les plus grosses rémunérations ont touché 237.700 euros brut en 2017. Soit plus qu’Emmanuel Macron ou son Premier ministre Edouard Philippe, qui ont tous deux gagné 15.140 euros brut par mois, soit 181.685 euros annuels au cours de cette même année, selon un rapport parlementaire de 2017. Au total, les rémunérations moyennes du top 10 dépassent celles du chef de l’Etat dans 7 de ces structures, dont le Centre national d’études spatiales (CNES), le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), ou encore l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). D’autres institutions connues figurent parmi le top 20. On retrouve par exemple la Société du Grand Paris, en charge de superviser ce projet de modernisation du réseau de transport de la capitale, Pôle emploi, les Agences régionales de santé d’Ile-de-France et de l’océan Indien, Météo France, le CNRS...

Lire la suite : BUSINESS FRANCE, PÔLE EMPLOI… Les folles rémunérations des pontes des opérateurs publics