Coronavirus : les offres d'emploi chutent lourdement

Le nombre d'offres sur le site de Pôle emploi a fondu de 143.000 en deux semaines. Certains secteurs, en première ligne, restent actifs même s'ils ralentissent. La demande pour les cadres résiste.

Corollaire de la mise en sommeil de pans entiers de l'économie, le marché de l'emploi a largement ralenti depuis le début du confinement , sans s'éteindre totalement. En témoigne le nombre d'offres disponibles sur le site Internet de Pôle emploi, passées de 655.000 le 24 mars à 512.000 le 6 avril. Soit 143.000 de moins en deux semaines !

Cette chute brutale, le cabinet de recrutement PageGroup spécialisé dans les postes qualifiés l'a prise de plein fouet. Le flux des nouvelles offres a diminué de moitié par rapport à début mars. La moitié de celles qui étaient en magasin ont été mises en sommeil par les clients. Résultat, un tiers des missions seulement restent actives.

« Les entreprises continuent de recruter dans l'agroalimentaire, l'énergie ou la santé et, dans une moindre mesure, les biens d'équipement, le public ou le parapublic. Côté métier, les informaticiens ou responsables de production sont toujours recherchés », détaille Laurent Blanchard, le directeur général pour la France de PageGroup. Les offres dans la santé - professions médicales, hôpitaux et centres de soins - ont augmenté de 137 %, de janvier à mars par rapport à la même période l'année précédente, abonde LinkedIn.

Lire la suite : Coronavirus : les offres d'emploi chutent lourdement

Coronavirus : 5 millions de salariés en chômage partiel

Un salarié sur quatre en France bénéficie actuellement de ce dispositif. Le gouvernement se dit prêt à « réabonder » le dispositif « autant que nécessaire ».

5 millions de salariés bénéficient désormais du chômage partiel dans 470 000 entreprises. « Cinq millions de salariés, c'est un salarié sur quatre, en entreprise et en association. Ce dispositif va permettre de sauver des millions d'emplois », a assuré Muriel Pénicaud, la ministre du Travail samedi sur BFMTV.

« C'est un dispositif puissant, massif et inédit », a-t-elle ajouté à propos du nombre d'entreprises qui ont mis en place le chômage partiel depuis le début de la crise du coronavirus.

La ministre du Travail a comparé la situation des salariés français avec celle des salariés américains : « Aux États-Unis, dix millions de personnes se sont inscrites au chômage en 15 jours. Ce n'est pas le cas en France. Ce dispositif va permettre aux salariés de conserver leur emploi et aux entreprises de rebondir en gardant leurs compétences. »

Lire la suite : Coronavirus : 5 millions de salariés en chômage partiel

« J’irai pas au turbin – Lettre d’un fainéant » : un ouvrier écrit à Muriel Pénicaud



Lire la suite : « J’irai pas au turbin – Lettre d’un fainéant » : un ouvrier écrit à Muriel Pénicaud

Coronavirus : 2,2 millions de salariés touchés par le chômage partiel

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a révélé ce dimanche que 220 000 entreprises étaient concernées.

Les demandes explosent à cause du coronavirus. Le recours au dispositif du chômage partiel avait été demandé vendredi soir par 220 000 entreprises pour 2,2 millions de salariés au total, a annoncé la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, dimanche au « Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI ».

« A la date de vendredi soir, nous avions 220 000 entreprises qui avaient demandé le chômage partiel pour tout ou partie de leurs salariés. C'est 65 000 de plus que la veille », a indiqué Mme Pénicaud. Ces demandes concernaient « 2,2 millions de salariés » vendredi soir, soit « 600 000 de plus » que jeudi, a-t-elle ajouté. « On est à plusieurs milliers de demandes par minute », a-t-elle dit.

« Les principaux domaines » concernés sont « l'industrie, l'hébergement et restauration, la construction et le commerce non alimentaire », comme « les garages, qui sont très touchés en ce moment », a précisé la ministre.

Lire la suite : Coronavirus : 2,2 millions de salariés touchés par le chômage partiel

Pôle emploi - Ce que le confinement implique pour les chômeurs

Prolongation des indemnisations, contrôles suspendus... Face à la crise du coronavirus, plusieurs mesures ont été mises en place pour les demandeurs d'emploi.

L’impact de la crise du coronavirus sur l’économie est désormais indéniable. Et la question n’est plus tellement de l’ordre de “comment”, mais ”à quel point”. Lors d’une conférence avec le G20 la directrice générale du FMI Kristalina Georgieva, a alerté sur le fait que la récession mondiale consécutive à la pandémie de coronavirus pourrait être pire que celle qui a suivi la crise financière de 2008.

Dans ces conditions, chercher un travail lorsqu’on est sans activité, et d’autant plus dans une situation de confinement généralisé, devient extrêmement délicat. Le gouvernement et le Premier ministre Edouard Philippe ont annoncé à cet égard plusieurs mesures.

Pour les chômeurs en fin de droit

Interrogé sur TF1 ce lundi 23 mars, le Premier ministre a annoncé que le versement des indemnisations chômage serait prolongé au moins jusqu’à la fin du confinement.

Lire la suite : Pôle emploi - Ce que le confinement implique pour les chômeurs

Pôle emploi: ce que le confinement implique pour les chômeurs

Prolongation des indemnisations, contrôles suspendus... Face à la crise du coronavirus, plusieurs mesures ont été mises en place pour les demandeurs d'emploi.

L’impact de la crise du coronavirus sur l’économie est désormais indéniable. Et la question n’est plus tellement de l’ordre de “comment”, mais ”à quel point”. Lors d’une conférence avec le G20 la directrice générale du FMI Kristalina Georgieva, a alerté sur le fait que la récession mondiale consécutive à la pandémie de coronavirus pourrait être pire que celle qui a suivi la crise financière de 2008.

Dans ces conditions, chercher un travail lorsqu’on est sans activité, et d’autant plus dans une situation de confinement généralisé, devient extrêmement délicat. Le gouvernement et le Premier ministre Edouard Philippe ont annoncé à cet égard plusieurs mesures.

Pour les chômeurs en fin de droit

Interrogé sur TF1 ce lundi 23 mars, le Premier ministre a annoncé que le versement des indemnisations chômage serait prolongé au moins jusqu’à la fin du confinement.

Lire la suite : Pôle emploi: ce que le confinement implique pour les chômeurs