Tout le monde semble se moquer du chômage, et pourtant...

Le chômage a atteint au deuxième trimestre son plus bas niveau depuis 2009. Or personne n’en parle. C’est comme si le sujet était aujourd’hui relégué au second plan. Malgré cette embellie, le problème est pourtant loin d’être réglé.

Cela semblait une sacrée bonne nouvelle : en deux ans, la France compte 300 000 demandeurs d’emploi de moins. Il n’y a pas si longtemps, une telle embellie – qui fait passer le chômage à 8,5 %, le taux le plus bas depuis 2009 – aurait été claironnée par le gouvernement urbi et orbi. Mais annoncés au creux de l’été, une veille de 15 août, ces chiffres de l’Insee, seulement salués d’un tweet ravi de la ministre du Travail, sont passés quasi inaperçus. Certes, l’annonce a donné lieu à la sempiternelle querelle d’experts sur le mode de calcul, les demandeurs d’emploi non comptabilisés, l’augmentation de la précarité et du nombre de travailleurs pauvres… N’empêche : incontestablement, la baisse du chômage, amorcée depuis la mi-2015, se poursuit. Lente certes, mais réelle.

Lire la suite : Tout le monde semble se moquer du chômage, et pourtant...

Chiffres du chômage : Emmanuel Macron, ou l’art de faire croire que les vessies sont des lanternes !

Depuis la fin des Trente Glorieuses, la situation de l’emploi dans notre pays a été le caillou dans la chaussure de tous les Présidents qui se sont succédé à l’Élysée. Le plus douloureux, sans doute, celui qui a le plus obéré leur action dans l’esprit des électeurs, en tout cas.

L’usage des statistiques relatives à l’évolution du taux du chômage a été l’indicateur et l’instrument majeur de leur communication. Celui-ci a parfois eu des conséquences déterminantes dans l’insuccès de leur politique et la dégradation de leur image. On se souvient du fiasco retentissant de François Hollande, dont le discours patient et optimiste s’est heurté à une réalité implacable autant qu’à l’incrédulité lucide du peuple de France.

Ce que l’on retient de l’avènement d’Emmanuel Macron, outre la façon dont il a su bénéficier de la force sidérante des réseaux de l’oligarchie qui l’a porté au pouvoir, c’est bien le haut niveau de sa communication.

Parti de presque rien, en tout cas rien aux yeux de l’opinion, il a conquis l’Everest de la République en moins de temps qu’il n’en faut pour se perdre dans le vertige des sommets. Deux ans pour être l’homme le plus cru du pays en sortant du presque néant.

L’affaire fut bien menée.

Lire la suite : Chiffres du chômage : Emmanuel Macron, ou l’art de faire croire que les vessies sont des lanternes !

Les vrais chiffres du chômage : 1 400 emplois supprimés chaque jour !

Le 14 août, le régime Macron, avec l’aide de ses relais médiatiques, s’est lancé dans une grosse opération de propagande autour de la publication par l’INSEE des chiffres du chômage : faire croire que le chômage baisse ! Et pourtant, il y a toujours plus de 6,5 millions de chômeurs inscrits à Pôle-Emploi ! Plus du 1/4 de la population active, près de la moitié de la population salariée dans le secteur privé ! Et ce n’est pas l’insignifiante baisse en 1 trimestre de 0.2% du nombre de chômeurs recensé par l’INSEE, au sens du BIT, qui change la situation. Ce d’autant plus que la définition du chômage au sens du BIT est très restrictive : il suffit d’avoir travaillé une 1h au cours de la période de référence pour sortir des chiffres du chômage.

 

Lire la suite : Les vrais chiffres du chômage : 1 400 emplois supprimés chaque jour !

Un écart grandissant entre les mesures du chômage

Près de 10 % des inscrits à Pôle emploi en catégorie A, censés ne pas avoir travaillé, n'étaient pas considérés comme chômeurs par l'Insee, selon une récente étude. C'est l'une des raisons qui explique l'écart croissant entre les deux principales mesures du chômage en France.

Près d'une personne sur dix inscrite à Pôle emploi relevant de la catégorie A, censée n'avoir pas travaillé dans le mois ne serait-ce qu'une heure, n'est pas considérée comme… chômeur par l'Insee. Soit au minimum 200.000 personnes ! C'est la conclusion paradoxale d'une étude de l'institut de la statistique publiée le mois dernier. En cause, des différences méthodologiques, mais aussi des erreurs ou des délais dans le recueil des données qui montrent que la mesure du chômage est loin d'être une science exacte.

Lire la suite : Un écart grandissant entre les mesures du chômage

Le chômage a atteint son plus bas niveau depuis 2009, les radiations de Pôle emploi en cause ?

Le taux de chômage a légèrement reculé au deuxième trimestre pour s'établir à 8,5% de la population active en France entière (hors Mayotte), poursuivant sa tendance à la baisse, selon les chiffres publiés par l'Insee mercredi. Le durcissement des conditions d'inscriptions en cause ?

Selon les chiffres de l'Insee, le chômage est en recul de 0,2 point au deuxième trimestre pour s'établir à 8,5% de la population active en France entière (hors Mayotte), poursuivant sa tendance à la baisse.

Il s'agit d'un plus bas niveau depuis début 2009, souligne l'Insee, comme au trimestre précédent. Actuellement, la France compte 2,52 millions de chômeurs, soit 66.000 chômeurs de moins sur le trimestre.

En France métropolitaine, par tranche d'âge, le taux de chômage des 15-24 ans diminue de 0,6 pt à 18,6%, soit un recul de 1,5 point sur un an. Celui des plus de 50 ans est en baisse de 0,2 pt à 6,1% (-0,2 sur un an). Les 25- 49 ans enregistrent aussi une baisse de 0,2 point à 7,5%.

Lire la suite : Le chômage a atteint son plus bas niveau depuis 2009, les radiations de Pôle emploi en cause ?

Emmanuel Macron s’inspire d’Eric Woerth et inverse enfin la courbe du chômage




Enfin une belle réussite dont Emmanuel Macron peut être Fier, il a réussi en un tour de main à changer la courbe du chômage en une belle courbe positive du non chômage.

Lire la suite : Emmanuel Macron s’inspire d’Eric Woerth et inverse enfin la courbe du chômage