Yann Gaudin, le lanceur d’alerte breton de Pôle emploi qui aide les chômeurs

  • Imprimer

Conseiller Pôle emploi depuis 2006 à Rennes, Yann Gaudin aide des demandeurs d’emploi à récupérer plusieurs milliers d’euros d’allocations non versées.

« Je suis intolérant à l'injustice. C'est obsessionnel chez moi. » Depuis deux mois, Yann Gaudin, conseiller dans une agence de Pôle emploi à Rennes (Ille-et-Vilaine), a ouvert un blog « Pôle emploi, le droit de savoir », hébergé par Mediapart pour inciter les demandeurs d'emploi à récupérer l'argent que l'institution leur doit.

Intermittents privés d'aides en fin de droits, aide au permis accordée selon des règles plus contraignantes que ce qui est prévu par la loi, inégalité de traitement selon les régions, économies sur l'aide individuelle à la formation, neutralisation arbitraire des salaires anormalement hauts dans le calcul des indemnités… Yann Gaudin dénonce les dysfonctionnements, détaille les préjudices causés et les recours possibles. Ce quadragénaire célibataire se présente comme un lanceur d'alerte.

Militant écologiste engagé auprès des Gilets jaunes, il a les valeurs du service public chevillées au corps. « Trois chômeurs se suicident en moyenne tous les jours en France. Je ne supporte pas de les spolier de leurs droits », explique posément cet ancien commercial qui a connu le chômage avant de passer le concours de l'ANPE. « Quand j'ai été embauché en 2006, j'avais la foi et j'idéalisais le métier. Dès mes débuts, pourtant, on m'a reproché d'en faire trop », se souvient Yann.

Un mail envoyé à 8000 intermittents bretons

En 2014, il découvre par hasard que les intermittents, contrairement aux allocataires du régime général, ne reçoivent pas le dossier de demande d'aide spécifique de solidarité, ce qui les prive du versement d'une aide de fin de droits d'un montant de 324 euros. « J'y ai vu un défaut d'information pour lequel Pôle emploi pourrait être attaqué en justice et j'ai donc prévenu ma hiérarchie. »

Les dossiers ont fini par être envoyés durant quelques mois et puis plus du tout. Yann décide alors d'envoyer un mail aux 8000 intermittents bretons pour les informer de leur droit ce qui lui vaudra une convocation de sa direction lui reprochant d'outrepasser son périmètre d'activité. « Je me suis rendu compte que j'avais affaire à des gens malveillants. On vole de l'argent à grande échelle. Je me suis donc mis à tout vérifier. » Ces signalements d'anomalie lui valent, selon lui, plusieurs avertissements.

Cela n'arrête pas le conseiller décrit par deux collègues comme « très compétent », « obstiné » et « jusqu'au-boutiste ». « Son tort, c'est de ne pas savoir se taire pour se protéger. Le problème avec Pôle emploi c'est que dès l'instant où on réfléchit trop, ça dérange », remarque l'un d'entre eux sous couvert d'anonymat.

Victime de harcèlement moral

En 2017, Yann Gaudin lève un autre lièvre. D'après une instruction datée de 2015, les artistes ne sont pas obligés de déclarer leurs revenus issus de la vente de créations originales et peuvent donc les cumuler avec leurs allocations-chômage. Or, comme beaucoup l'ignorent, Yann s'est chargé de le leur rappeler. « J'ai sorti les dossiers de personnes dont le versement des allocations était bloqué et je les ai contactés. C'était un peu une opération Père Noël », plaisante-t-il.

Une dizaine de demandeurs ont pu récupérer des sommes allant de 1000 à 20 000 euros. Ces initiatives ne sont pas du goût de sa hiérarchie. « Mon avancement est limité depuis six ans et je suis victime de harcèlement moral pour lequel je compte engager une action aux prud'hommes », affirme-t-il.

Interrogé sur ce point, Pôle emploi Bretagne répond qu'une enquête a été menée mais qu'« aucun fait de harcèlement n'a été constaté » et affirme par ailleurs communiquer « largement auprès de ses collaborateurs sur les dispositifs de protection de la liberté d'expression au sein de l'entreprise ».

En mai 2019, Yann est mis à pied pour cinq jours. En dépression, arrêté par son médecin pendant plusieurs mois, il a repris le travail à la rentrée toujours décidé à aider les chômeurs. « Comme mes alertes à ma hiérarchie et au ministère du Travail n'ont jamais été entendues, j'ai décidé d'alerter directement le public avec mon blog. »

Florence, au chômage, a récupéré 20 000 euros grâce à Yann Gaudin

A la suite d’une rupture conventionnelle, Florence (le prénom a été changé) s’installe à son compte en tant que graphiste indépendante il y a dix ans. Alors qu’elle commence à déclarer ses revenus issus de cette activité, elle cesse de recevoir ses indemnités chômage. Un jour, elle reçoit un mail de la part de Yann Gaudin qui lui explique qu’elle n’a pas à déclarer à Pôle emploi ses revenus en tant qu’artiste-autrice dans le cadre de l’actualisation mensuelle. « Je n’ai pas compris et pas répondu, d’autant plus que le message n’émanait pas de mon conseiller. »

Le mois suivant, Yann Gaudin récidive. Par téléphone, il lui affirme qu’elle aurait dû continuer à toucher ses allocations-chômage et qu’elle peut les réclamer. « Il m’a fait le calcul en direct. En entendant la somme de 20 000 euros, je suis restée sans voix », explique Florence. Cette dernière sollicite un rendez-vous à son antenne pour une demande de régularisation.

Avant même de la recevoir, la référente réglementaire de l’agence douche ses espoirs par mail et se plaint des interférences de Yann Gaudin. « Lors du rendez-vous, elle m’a pris de haut et, pour expliquer son refus, a fait valoir une note interne qu’elle a refusé de me montrer. » Florence contacte la médiation régionale de Pôle emploi qui, n’arrivant pas à statuer, la renvoie vers la médiation nationale. Sans réponse au bout de plusieurs mois, elle saisit le Défenseur des droits. Miracle ! Après avoir envoyé une simple attestation, tout se débloque et elle reçoit finalement, après plus d’un an de démarches, un virement de 20 000 euros. « Je n’y croyais pas, j’ai appelé Mr Gaudin pour le remercier. J’aurais pu lui offrir une caisse de champagne mais ça aurait été vu comme un pot-de-vin… »


Par Solenne Durox, correspondante à Rennes (Ille-et-Vilaine)



>> https://blogs.mediapart.fr/yann-gaudin/blog

Il est possible que vous ayez de l'argent - peut-être même beaucoup d'argent ! - à récupérer auprès de Pôle emploi après avoir pris connaissance des articles de cet espace d'informations. Pour prendre connaissance de l'intégralité des articles : https://blogs.mediapart.fr/yann-gaudin/blog Vous pouvez m'écrire à cette adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.