Face au coronavirus, Pôle Emploi se confine

Les agences Pôle Emploi ont définitivement fermé leurs portes, face à l’épidémie de coronavirus. Les demandeurs d’emploi ne seront pas contrôlés pendant la période de financement et les allocations seront maintenues pour ceux qui devaient terminer leurs droits en mars.

Elles étaient encore quelques-unes, de rares agences Pôle Emploi à accepter des rencontres avec un conseiller dans leurs locaux pour ceux qui rencontrent des difficultés avec les outils numériques. Mais même ces rendez-vous d’urgence sont arrêtés depuis lundi 23 mars, face à l’ampleur de la pandémie de coronavirus. En réalité, « on s’est aperçu que beaucoup de ces besoins urgents auraient pu être traités par téléphone », reconnaît-on à Pôle emploi.

Pas de contrôle et pas de radiation

Les demandeurs d’emploi peuvent appeler le 3949 ou joindre directement leur conseiller par mail, via leur espace personnel sur le site de Pôle Emploi. Aucun rendez-vous, entretien, atelier ou formation n’aura lieu en agence. Les conseillers ou les formateurs pourront toutefois proposer des solutions par téléphone dans certains cas. Vendredi 20 mars, pas moins de 18 000 agents s’affairaient en télétravail. Par ailleurs, une partie du personnel continuera à relever les courriers envoyés dans les agences.

Si les chômeurs doivent rester mobilisés pour retrouver un emploi, « le contrôle de la recherche est suspendu pendant toute la période de confinement, confirme le service public. Aucun demandeur d’emploi ne sera radié ou sanctionné pendant cette période ». L’actualisation doit par contre toujours être effectuée en ligne, ou par téléphone pour ceux qui n’ont pas d’accès Internet.

Report de la réforme de l’assurance-chômage

Pour ceux qui arrivent en fin de droits durant le mois de mars, le ministère du travail avait d’ores et déjà prévenu que l’allocation de retour à l’emploi et l’allocation de solidarité spécifique continueraient d’être versées jusqu’à la fin de la période de confinement. Cette décision s’applique à tous les chômeurs indemnisés, y compris saisonniers, intérimaires et intermittents du spectacle.

Par ailleurs, le deuxième volet de la réforme de l’assurance-chômage, qui devait entrer en vigueur au 1er avril, a été reporté au 1er septembre. Cette mesure doit modifier les règles de calcul pour les allocations-chômage.


Audrey Dufour