Les radiations à Pôle Emploi expliquent-elles la baisse du chômage?

Alors que Pôle Emploi a annoncé une baisse du nombre de chômeurs pour 2019, de nombreuses voix s'élèvent pour dénoncer des radiations en masse. Qu'en est-il vraiment?

Le chômage baisse-t-il vraiment en France? Oui selon Pôle Emploi qui a annoncé ce lundi une diminution de 3% du nombre de demandeurs d'emplois (catégories A, B et C) pour l'année 2019. Mais cette annonce a suscité de nombreuses réactions dénonçant des chiffres truqués et une propagande du gouvernement. En cause: les radiations de Pôle Emploi qui expliqueraient principalement la baisse du nombre de demandeurs d'emplois.

Et il est vrai qu'à regarder les chiffres, une coïncidence peut jeter le trouble. En 2019, le nombre de demandeurs d'emplois a chuté de 176.000. Or cette même année, le nombre de radiations administratives s'est établi à... 176.600 selon les données de la Dares.

Lire la suite : Les radiations à Pôle Emploi expliquent-elles la baisse du chômage?

CHÔMAGE : L'ensemble des chiffres de l'année 2019 connus ce lundi

Ce lundi 27 janvier 2020, Pôle Emploi doit rendre publiques ses statistiques portant sur les demandeurs d'emploi inscrits auprès de ses services au quatrième trimestre 2019. Des données très attendues, puisqu'elles permettront de connaître l'ensemble des chiffres de l'année écoulée, lesquels auront valeur de test quant à la politique économique en cours.

Le gouvernement va-t-il réussir son quarté ? En baisse continue sur les trois premiers trimestres de l'année 2019, le taux de chômage pourrait bien signer, ce lundi, une quatrième baisse d'affilée.

Lors de la divulgation des derniers chiffres, en octobre dernier, la Dares, le service des statistiques du ministère du Travail, avait, de début juillet à fin septembre, comptabilisé un peu plus de 3,6 millions de demandeurs d'emploi sans aucune activité (catégorie A de Pôle Emploi), en baisse de 0,4 %. Sur un an, la décrue était même encore plus significative puisqu'elle s'établissait à - 2,4 %.

Lire la suite : CHÔMAGE : L'ensemble des chiffres de l'année 2019 connus ce lundi

Pôle emploi prépare la réforme de l'indemnisation et de l'accompagnement pour les «permittents»

Après le premier volet de la réforme de l'indemnisation du chômage en novembre, Pôle emploi prépare les «évolutions majeures» qui vont concerner à partir d'avril les demandeurs d'emploi alternant emploi et chômage, a expliqué jeudi 23 janvier son directeur général Jean Bassères.

Lors de ses voeux à la presse, Jean Bassères a notamment présenté ce qui attendait «les permittents». L'opérateur doit ainsi préparer la modification, à partir d'avril, du calcul de l'indemnisation, que l'exécutif jugeait trop favorable aux personnes travaillant de manière discontinue. Cette réforme concernera des centaines de milliers de personnes qui pourraient voir leur allocation baisser sensiblement, selon l'Unédic. «Nous allons envoyer des courriers aux demandeurs d'emploi pour les prévenir, organiser des réunions d'informations et mettre en place un site dédié», a indiqué Jean Bassères.

Les règles d'ouverture de droits au chômage ont déjà évolué depuis le 1er novembre. Il faut désormais avoir travaillé six mois sur les 24 derniers au lieu de quatre mois sur les 28 derniers. Le seuil permettant un rechargement des droits est également passé de un à six mois. «Nous n'avons eu aucune remontée des agences sur des difficultés de mise en place de ces nouvelles règles», a assuré Jean Bassères.

Lire la suite : Pôle emploi prépare la réforme de l'indemnisation et de l'accompagnement pour les «permittents»

« Pôle-emploi, être ou savoir être » document inédit sur France 3 jeudi 23 janvier

À découvrir jeudi 23 janvier à 23:00 sur France 3 dans la case documentaire “La Ligne bleue”, le film « Pôle-emploi, être ou savoir être » réalisé par Rémi Lainé et écrit par Émile Rabaté.

Tout irait mieux sur le front de l’emploi, entend-t-on depuis quelques mois. Comment cette reprise annoncée tambour-battant se traduit-elle dans les agences de Pôle-emploi ?

À Lens et à Roubaix où le chômage de masse a frappé fort, les conseillers expérimentent de nouvelles méthodes pour développer le « savoir-être» des demandeurs d'emploi et les accompagner vers des lendemains meilleurs. Les voilà invités à dompter les affres du numérique, convoqués pour courir au stade avec des employeurs incognito, pratiquer les percussions, développer des alternatives aux traditionnels CV… Mais au bout du parcours, quels sont les emplois proposés ? Et jusqu’où faudra-t-il aller pour décrocher un travail, y compris les postes les moins qualifiés ?

Lire la suite : « Pôle-emploi, être ou savoir être » document inédit sur France 3 jeudi 23 janvier

La moitié des allocataires de Pôle emploi en catégories B et C n'a eu aucun contact avec l'institution durant les six derniers mois

Le chômage évolue plus vite que les modalités d'accompagnement des inscrits à Pôle emploi. Une étude de l'Unedic le met en évidence.

Alors que depuis 20 ans, la part d’allocataires de l’Assurance chômage qui travaillent a plus que doublé, passant de 22 % à 46 % entre 1995 et 2017, l'accompagnement reste très centré sur les allocataires relevant de la catégorie A, ne travaillant pas du tout.

L'enquête quantitative conduite auprès d’un échantillon d’allocataires qui ont travaillé au moins une heure en juin 2018 met en évidence que près de la moitié de ceux-ci (48 %) n'ont eu dans les 6 mois précédents aucun contact avec un conseiller Pôle emploi pour échanger sur leur projet professionnel.

A partir de ce constat on peut trouver pertinente la décision de Pôle emploi de créer une nouvelle prestation qui doit se mettre en place dans le courant de l’année 2020. Annoncée lors de la présentation des nouvelles règles de l'assurance chômage le 18 juin dernier, elle permettre d’apporter une "aide construite spécifiquement pour ce public, avec notamment des horaires d’ouverture et d’accompagnement le soir et le weekend, puisque les personnes concernées sont en emploi."

Lire la suite : La moitié des allocataires de Pôle emploi en catégories B et C n'a eu aucun contact avec...

Le conseiller Pôle emploi qui ravit les allocataires mais agace sa direction

Basé dans une agence rennaise, Yann Gaudin chasse les dysfonctionnements dans le versement de certaines allocations et aurait déjà permis à des personnes de récupérer au total plus de 100.000 euros depuis 2014.

Il est en quelque sorte le conseiller Pôle emploi le plus connu de France. Depuis le début d’année, plusieurs articles ont été consacrés à Yann Gaudin, qui se considère comme un "lanceur d’alerte" selon France Bleu Armorique. Le Parisien et France 3 ont également évoqué les actions de ce conseiller de 43 ans, qui travaille dans une agence rennaise depuis 2006. De quoi faire grincer des dents sa direction, alors qu’il tient également un blog sur Mediapart depuis novembre dernier.

"Intolérant à l’injustice", comme il l’explique au Parisien, Yann Gaudin s’est mis en tête depuis 2014 de faire remonter aux allocataires concernés des dysfonctionnements pouvant leur permettre de récupérer de l’argent. En six ans, il a ainsi permis à des allocataires de récupérer au total 115.000 euros selon ses calculs. "J'obéis d'abord à la loi, et la loi est au-dessus de la hiérarchie. Donc si la hiérarchie fait des choses qui ne correspondent pas à la loi, il y a un choix à faire. Et ce choix, il est clair, c'est celui de la loi", se justifie le principal intéressé auprès de France 3.

Lire la suite : Le conseiller Pôle emploi qui ravit les allocataires mais agace sa direction