Pôle emploi : plus on est indemnisé, plus on reste longtemps au chômage

Selon des chiffres confidentiels de Pôle emploi auxquels nous avons eu accès, les demandeurs d’emploi qui perçoivent une allocation élevée sont aussi ceux qui restent le plus longtemps au chômage.

Voilà des chiffres confidentiels de Pôle emploi qui tombent à pic alors que le Premier ministre Édouard Philippe présentera mardi prochain, le 18 juin, le décret réformant l’assurance-chômage. Avec pour objectifs affichés de lutter contre la précarité, inciter au retour à l’emploi et désendetter l’Unédic, qui ploie sous une dette de 35 milliards d’euros (Mds€). Dans son discours de politique générale, mercredi le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé « une dégressivité de l’indemnisation » pour les cadres.

1,5 an d’indemnisation contre 9 mois pour les chômeurs les moins bien indemnisés

À quelques jours des annonces gouvernementales, des chiffres de l’agence publique de l’emploi donnent de nouveaux arguments au gouvernement. Ils démontrent, en effet, que la catégorie des demandeurs d’emploi percevant le niveau d’allocation le plus élevée - soit plus de 5000 € mensuels - est aussi celle qui reste le plus longtemps au chômage. En clair, d’après ces chiffres, les 15 609 chômeurs, qui, en 2017, ont pu toucher une allocation de 5000 € et plus chaque mois sont restés plus d’un an et demi au chômage.

Lire la suite : Pôle emploi : plus on est indemnisé, plus on reste longtemps au chômage

Assurance chômage: l'Unédic va changer de directeur en septembre

Le directeur général de l'Unédic, Vincent Destival, passera la main en septembre prochain, a annoncé aujourd'hui le gestionnaire de l'assurance chômage, à quelques jours de la présentation d'une réforme de ce régime par l'exécutif. «Il quittera ses fonctions à la rentrée de septembre, au moment où se finalise le processus de réforme de l'assurance chômage initié en 2017», selon le communiqué du bureau de l'Unédic. Ce départ est mûri depuis plusieurs mois, a-t-on précisé à l'Unédic sans plus de détails. Le nom de son successeur n'est pas connu.

L'intérim sera assuré en septembre par Pierre Cavard, directeur des études et des analyses de l'Unédic, a précisé l'organisme. Vincent Destival avait rejoint l'Unédic en 2010 après avoir été directeur général adjoint de l'Afpa (Association pour la formation professionnelle des adultes) entre 2004 et 2010.

Lire la suite : Assurance chômage: l'Unédic va changer de directeur en septembre

La réforme de l'assurance chômage prend forme...et elle va faire très mal

La réforme de l'assurance chômage est lancée et autant dire qu'elle va faire très mal. Les contours de cette réforme feraient presque penser qu'il n'y a jamais eu de manifestations des gilets jaunes.

La réforme de l'assurance chômage est lancée et autant dire qu'elle va faire très mal. Les contours de cette réforme feraient presque penser qu'il n'y a jamais eu de manifestations des gilets jaunes. Pourtant c'est bien à une partie de cette population qu'Emmanuel Macron va s'attaquer.

Augmenter la durée de travail pour être éligible aux allocations chômage ce qui permettrait une économie de 4 milliards d'euros. Voilà la mesure phare de cette future reforme. 6 mois d'activité sur les 24 derniers mois seront nécessaires pour prétendre à l'allocation chômage contre 4 mois sur les 28 derniers mois aujourd'hui. Mais pour quel coût social? Juan Branco évoque 15000 morts par an imputables directement au chômage. Entre l'accès restreint aux soins et les séquelles psychologiques causées par l'exclusion du marché de l'emploi, on sait que le chômage augmente la mortalité de cette population par définition plus fragile même si nous manquons encore de données fiables sur le sujet.

Lire la suite : La réforme de l'assurance chômage prend forme...et elle va faire très mal

Dégressivité des allocations-chômage : une pétition lancée par les syndicats de cadres

À la veille du discours de politique générale du Premier ministre Édouard Philippe, deux syndicats de cadres lancent une pétition contre la réforme des allocations-chômage.

« Non à la dégressivité des allocations-chômage ». C’est une pétition* commune lancée ce mardi matin, à la veille de la déclaration de politique générale du Premier ministre, par deux syndicats de cadres, l’Union des cadres et techniciens (Ugict) CGT et le syndicat des cadres CFE-CGC, pour s’opposer au projet de remise en cause de l’indemnisation des cadres. Attendu de pied ferme sur ce dossier, Édouard Philippe livrera peut-être, lors de ce discours devant l’Assemblée nationale quelques détails sur cette nouvelle réforme de l’Assurance chômage, dont l’ensemble sera présenté d’ici deux semaines, sans doute le 17 juin.

Seule certitude pour l’instant : l’indemnisation chômage des hauts revenus sera revue, a déjà prévenu Matignon. Il s’agirait de coupler dégressivité et plancher, soit concrètement d’imposer une dégressivité des allocations pour les très hauts revenus (à l’exception des seniors) au-dessus d’un plancher d’indemnisation. Ce que préconisait déjà en août dernier le député LREM Aurélien Taché, reprenant d’ailleurs l’une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron.

Lire la suite : Dégressivité des allocations-chômage : une pétition lancée par les syndicats de cadres

Assurance chômage : haro sur les chômeurs bien indemnisés

Le gouvernement s'apprête à passer un coup de rabot sur l'indemnisation des cadres dans le cadre de la réforme de l'assurance chômage qui doit être dévoilée le 17 juin.

On saura dans les prochains jours à quelle sauce les cadres au chômage seront mangés. Mais il n'y a plus guère de doute sur le fait que le gouvernement va passer un coup de rabot sur leur indemnisation, dans le cadre de la réforme qui doit être dévoilée le 17 juin.

Argument mis en avant par le ministère du Travail ? "On doit mieux tenir compte de la capacité objective des uns et des autres à retrouver un emploi." Avec un taux de chômage tombé à 3,3 %, les cols blancs n'auraient ainsi plus aucune excuse pour ne pas reprendre rapidement un poste...

DÉCRYPTAGE >> "Ce gouvernement adore les milliardaires, mais déteste les cadres"

Lire la suite : Assurance chômage : haro sur les chômeurs bien indemnisés

La réforme de l'assurance chômage se précise

Le gouvernement s'apprête à lever le voile sur sa réforme de l'assurance chômage. Le Premier Ministre doit donner les grandes lignes mercredi. Tous les détails seront ensuite dévoilés la semaine prochaine. Au menu : un bonus-malus, une réduction des droits des chômeurs et une dégressivité des allocations pour les plus hauts revenus.

L'exécutif maintient toutes ses ambitions. « On va s'attaquer à tous les points névralgiques » auxquels les partenaires sociaux n'ont pas voulu s'atteler, explique-t-on au ministère du Travail. Le gouvernement a en effet repris la main, en février dernier, après l'échec des négociations entre patronat et syndicats. Tout ce qui figurait alors dans la feuille de route va bien être mis en oeuvre.

D'abord, l'exécutif va bien réduire les droits des chômeurs. « Certaines règles n'incitent pas au retour à l'emploi mais enferment au contraire les gens dans la précarité » plaide-t-on au ministère du Travail. Le gouvernement va donc réduire la possibilité de cumuler allocations et revenus. Il va aussi durcir les conditions d'accès aux allocations. Selon les Echos, les modalités ont déjà été arrêtées. Il faudra désormais avoir travaillé 6 mois sur les 24 mois précédant la perte d'un emploi, et non plus 4 sur 28 comme c'est le cas aujourd'hui.

Lire la suite : La réforme de l'assurance chômage se précise