Elle dégrade les véhicules des agents de Pôle Emploi puis blesse deux policières

Lundi 6 janvier, une femme de 44 ans, très connue du service, composait le 17 et insultait l’opérateur radio qui venait de la renseigner sur une demande de numéro de téléphone.

Elle se défoule sur les véhicules

Elle était interpellée peu de temps après, par un équipage de la police municipale de Montigny-lès-Metz, alors qu’elle dégradait des véhicules garés devant le Pôle Emploi local, appartenant à des employés de l’agence où ses requêtes n’avaient pas été satisfaites.

Coups, insultes et crachats

Alors qu’un officier lui annonçait, au commissariat de Metz, son placement en garde à vue, elle s’énervait. Elle se levait, donnait un coup de pied dans sa chaise. Deux policiers tentaient de la maîtriser alors qu’elle portait des coups à plusieurs fonctionnaires. Sans oublier des insultes et crachats…

Lire la suite : Elle dégrade les véhicules des agents de Pôle Emploi puis blesse deux policières

Si Jean-Paul Delevoye avait été inscrit à Pôle Emploi…

… il aurait été passible d’une peine d’emprisonnement et d’une amende de 30 000 euros.

Imaginons que M. Delevoye ait été demandeur d’emploi et n’ait pas informé Pôle Emploi de l’activité rémunérée qu’il exerçait alors qu’il percevait une indemnité de retour à l’emploi. Cette fausse déclaration lui aurait valu une radiation immédiate et des conséquences plus graves (voir Instruction Pôle Emploi n° 2019-1 du 3 janvier 2019) :

- « la fausse déclaration ou l’absence de déclaration ayant conduit à percevoir indument une allocation ou à majorer son montant sont qualifiées de fraude au revenu de remplacement. »

- « Le demandeur d’emploi fautif peut également faire l’objet de poursuites pénales, risquant ainsi une peine d’emprisonnement et une amende de 30 000 euros. »

Fort heureusement, M. Delevoye n’est pas demandeur d’emploi ; il n'est que ministre. Il n’a pas failli à ses obligations de demandeur d’emploi ; il a seulement violé la Constitution dont l’article 23-1 dispose : « Les fonctions de membre du Gouvernement sont incompatibles avec l'exercice de tout mandat parlementaire, de toute fonction de représentation professionnelle à caractère national et de tout emploi public ou de toute activité professionnelle. »

Lire la suite : Si Jean-Paul Delevoye avait été inscrit à Pôle Emploi…

Pour gruger Pôle emploi, les faux chômeurs ne reculent devant rien

Partir en vacances au soleil avec ses indemnités, omettre de signaler qu'on a retrouvé un emploi, maquiller sa démission en rupture conventionnelle… Pour piller l'assurance chômage, les indélicats n'ont que l'embarras du choix. Et les cadres ne sont pas les derniers à se servir.

Une "gestion stratégique de mes allocations chômage" : c’est ainsi que Julie, une jeune Parisienne de 29 ans travaillant dans l’audiovisuel, décrit la fraude qu’elle s’apprête à commettre. Après avoir démissionné de son précédent job, elle enchaîne en ce moment les petits boulots. Mais à la fin de l’année, elle compte bien délaisser LinkedIn et les lettres de motivation pour s'en aller vadrouiller en Amérique latine pendant cinq mois. "Je sais que pour certaines personnes cela ne paraît pas moral, mais j’estime l’avoir mérité. J'ai vécu des moments très difficiles à mon ancien poste", se justifie-t-elle. Ne craint-elle pas de se faire attraper par les limiers de Pôle emploi ? "Pas vraiment : une de mes amies est partie plusieurs mois à New York, et elle ne s’est pas fait pincer." Julie a bien raison de ne pas s’inquiéter : plusieurs personnes nous ont confié avoir réussi à mystifier l’organisme public. "Je demandais à mes parents, qui étaient en France, de m’actualiser pour qu’on ne repère pas mon adresse IP (le numéro qui identifie chaque ordinateur connecté à Internet et que l'on peut localiser, NDLR).", nous raconte ainsi Fabien, qui a lui aussi profité il y a quelques années de son statut de chômeur pour partir arpenter les routes de l’Amérique du Sud, alors qu’il était censé chercher un job dans la logistique dans le nord de la France.

Lire la suite : Pour gruger Pôle emploi, les faux chômeurs ne reculent devant rien

Pôle emploi : Une médiation institutionnelle en recherche d'indépendance

Depuis des années, Pôle Emploi conduit une réflexion sur les pratiques de sa médiation. Pourtant, la mise en place du service, créé par la loi n° 2008-758 du 1er août 2008, a eu des début chaotiques. On peut se souvenir de la démission fracassante du premier médiateur de Pôle Emploi, en avril 2010.

En 2012, un conseiller de Jean-Louis Walter, médiateur de Pôle Emploi, Erick Lendormy, a suivi la formation EPMN. Rencontres et échanges ont eu lieu avec cette institution. Outre les marqueurs de la dégradation relationnelle, l’un des fondamentaux de la Médiation Professionnelle se retrouve ainsi dans la pratique de Pôle Emploi : ne pas contester la légitimité de toute réclamation…

“Toute question déposée par un demandeur d’emploi dans son espace personnel doit impérativement trouver réponse. Celle-ci doit être adéquate et individualisée. Pôle emploi s’en fait un devoir. Et le système fonctionne : non seulement les demandeurs n’en profitent pas pour déposer de plus en plus de réclamations, mais les agences constatent qu’une réponse personnalisée, avec un conseiller à l’écoute, supprime les va-et-vient inutiles et chronophages. S’il existe, comme partout, des personnes plus procédurières, cela reste rare.” La révolution douce de Pôle Emploi, par Jean-Louis Walter. 21.11.2019

Lire la suite : Pôle emploi : Une médiation institutionnelle en recherche d'indépendance

Deux individus d’origine turque condamnés pour avoir touché plusieurs milliers d’euros d’allocations indues de Pôle Emploi

Inscrits à Pôle Emploi, les suspects s’étaient mis dans l’impossibilité de chercher un travail en France en retournant vivre en Turquie, alors qu’ils continuaient pourtant à percevoir des allocations.

Ce jeudi, deux frères soupçonnés d’avoir touché des allocations indues de la part de Pôle Emploi étaient convoqués devant le tribunal d’Alençon.

De septembre 2016 à septembre 2018, l’un des suspects âgé de 25 ans a ainsi reçu plus de 18 000 euros d’allocation rapporte Ouest-France.

Une période durant laquelle il n’a pourtant jamais répondu aux convocations de l’antenne Pôle Emploi à laquelle il était rattaché.

Lire la suite : Deux individus d’origine turque condamnés pour avoir touché plusieurs milliers d’euros...

Pôle emploi : un jeune fraudeur rattrapé grâce à Facebook

VIDÉO. Les agents de Pôle emploi ont repéré sur le réseau social qu'il résidait en Turquie. Il devra désormais rembourser plus de 18 000 euros, détaille « Ouest-France ».

Lire la suite : Pôle emploi : un jeune fraudeur rattrapé grâce à Facebook