Un tract distribué à Nice moque Pôle Emploi et provoque le scandale, une société accusée de diffamation

"Pôle Emploi ne vous aide pas? Confiez votre recherche à un spécialiste". Ce slogan imprimé sur 300 tracts distribué en une demi-heure sur des pare-brises à Nice il y a deux ans et demi avait provoqué la colère de l'institution.

Pôle Emploi avait déposé plainte avec constitution de partie civile en novembre 2016 pour "diffamation". Un juge d'instruction a enquêté.

>> A LIRE AUSSI : Elle distribuait des tracts aux chômeurs: cette cheffe d’entreprise a-t-elle diffamé Pôle Emploi?

Karine Vasseur- Parisienne de 53 ans, consultante en ressources humaines, gérante de la société "Un nouveau job"- a été renvoyée par la justice ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Nice. Spécialisée dans l'accompagnement des demandeurs d'emploi, la société n'a eu que quelques mois d'existence.

Lire la suite : Un tract distribué à Nice moque Pôle Emploi et provoque le scandale, une société accusée de...

Pôle emploi récupère les aides versées à un franchisé

Un franchisé peut, lors de son lancement, percevoir des aides de l’État, par exemple au titre de l’ARCE : l’aide accordée aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise. Mais dans certains cas, il peut voir la justice le condamner à restituer ces sommes, comme vient de le décider la cour d’appel de Rennes.

cour d’appel de Colmar – Alsace – FranceLa cour d’appel de Rennes vient, le 3 mai 2019, d’accorder à Pôle emploi le droit de récupérer les aides qui avaient été accordées à un franchisé.

Dans ce litige, le contrat de franchise est signé le 13 juin 2006. En septembre, dans le cadre de la création de sa société, le franchisé obtient le bénéfice de l’ARCE (Aide à la reprise ou à la création d’entreprise) et perçoit un peu plus de 63 000 €. Mais en décembre 2007, le contrat de franchise est résilié à l’initiative du franchiseur.

Lire la suite : Pôle emploi récupère les aides versées à un franchisé

Les Mureaux : la mystérieuse mise à pied de la directrice de Pôle emploi

Nora Rousselin est suspendue six semaines sans salaire. Cette sanction fait beaucoup parler dans cette ville fortement touchée par le chômage.

C’est dans un courrier remis en main propre par son directeur territorial délégué, que Nora Rousselin, directrice du Pôle emploi des Mureaux, a découvert la mauvaise surprise : un mois et demi de mise à pied.

La responsable de cette agence où exercent une soixantaine de personnes fait l’objet d’une procédure assez rarement vue dans le milieu.

La méthode, aussi, étonne : elle a eu l’obligation de quitter immédiatement les locaux de son agence. Elle a juste eu le temps de saluer ses collègues et n’a plus le droit d’y remettre les pieds. Elle est convoquée à un entretien préalable ce jeudi 9 mai.

Lire la suite : Les Mureaux : la mystérieuse mise à pied de la directrice de Pôle emploi

Pôle emploi premier « business angel » de France ? Tant mieux !

En France, 94,3 % des entreprises créées n’ont pas d’employé et 40 % de leurs créateurs sont au chômage, ou éloignés de l’emploi. Bon nombre de ces derniers ont bénéficié d’un soutien financier de Pôle emploi, au travers notamment de l’Aide aux créateurs et repreneurs d’entreprises (ACRE). À tel point que l’établissement public est considéré comme le premier business angel de France ! L’institution l’assume et le revendique même sur son site Internet. En 2015, 77,9 % des demandeurs d’emploi créateurs d’entreprise ont ainsi bénéficié d’une exonération de charges et 54 % d’entre eux ont touché des indemnités.

Ces chiffres attestent du succès de la démarche incitative de retour à l’emploi par la création d’emprise avec des aides financières et des accompagnements.

« Illusion entrepreneuriale » ?

Lire la suite : Pôle emploi premier « business angel » de France ? Tant mieux !

Réforme de l'assurance chômage : la recette «équilibrée» de Terra Nova

Dans une note publiée ce jeudi, le think tank propose ses solutions pour lutter contre la précarité et le recours aux CDD.

C’est un candidat libre qui publie, ce jeudi, sa copie sur l’épineux sujet de la réforme de l’assurance chômage. Après l’échec des syndicats et des organisations patronales, qui n’ont pas réussi à s’accorder sur les mesures à prendre pour satisfaire la commande du gouvernent, le think tank Terra Nova a décidé de relever le défi. Dans une note d’une vingtaine de pages, ce laboratoire de pensées étiqueté «progressiste» répond à la lettre de cadrage adressée en septembre par l’exécutif aux partenaires sociaux, leur demandant d’agir «pour lutter contre la précarité et inciter à la reprise d’emploi durable».

«La future réforme doit être construite autour de quelques grands principes et de quelques mesures fortes, lisibles et dont l’équilibre permette de les rendre aussi consensuelles que possible», prévient, en introduction, Terra Nova. S’ensuit un constat proche de celui mis en avant par le gouvernement. Pour rompre avec «l’exception française du marché du travail», c’est-à-dire sa «forte propension à recourir aux contrats de travail courts, voire très courts», le think tank préconise d’agir sur le comportement des entreprises et sur leurs habitudes de recrutement. Mais aussi de «réinterroger» certains dispositifs de l’assurance chômage qui, «sans que cela soit toujours leur intention», peuvent concourir «à rendre la précarité acceptable» pour les salariés alternant indemnisation et petits CDD.

Lire la suite : Réforme de l'assurance chômage : la recette «équilibrée» de Terra Nova

INDEMNITÉS CHÔMAGE : L’INCROYABLE BATAILLE DE CHIFFRES ENTRE L’UNÉDIC ET PÔLE EMPLOI

Après la “petite phrase” de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, sur les chômeurs qui gagnent plus au chômage qu’en travaillant, deux études sont venues infirmer puis confirmer les chiffres de la ministre. Alors qui dit vrai ?

Tout est parti d’une “petite phrase” de Muriel Pénicaud le 28 février dernier, à l’occasion d’une conférence de presse de présentation de la réforme de l’assurance chômage. À cette occasion, la ministre du Travail, a notamment affirmé qu’un chômeur sur cinq toucherait plus au chômage qu’en travaillant, ce qui représenterait entre “600.000” et “800.000” personnes. Sauf que depuis, le ministère du Travail n’a jamais officiellement expliqué d’où venaient ces chiffres, ni comment ils avaient été calculés, laissant planer le doute sur leur véracité.

Depuis, deux acteurs incontournables de l’assurance chômage ont ajouté du grain à moudre au débat. D’un côté, mercredi 27 mars, l’Unédic a rendu publique une synthèse selon laquelle seuls 4% des allocataires touchent plus au chômage qu’en travaillant. De l’autre, vendredi 29 mars, “à la demande du ministère du Travail”, Pôle emploi a publié une note confirmant les propos de Muriel Pénicaud selon lesquels un chômeur sur cinq gagne plus au chômage qu’en travaillant. Deux institutions de référence - Unedic et Pôle Emploi - qui se contredisent de la sorte ? Voilà qui interroge…

Lire la suite : INDEMNITÉS CHÔMAGE : L’INCROYABLE BATAILLE DE CHIFFRES ENTRE L’UNÉDIC ET PÔLE EMPLOI