Yann Gaudin, le lanceur d’alerte breton de Pôle emploi qui aide les chômeurs

Conseiller Pôle emploi depuis 2006 à Rennes, Yann Gaudin aide des demandeurs d’emploi à récupérer plusieurs milliers d’euros d’allocations non versées.

« Je suis intolérant à l'injustice. C'est obsessionnel chez moi. » Depuis deux mois, Yann Gaudin, conseiller dans une agence de Pôle emploi à Rennes (Ille-et-Vilaine), a ouvert un blog « Pôle emploi, le droit de savoir », hébergé par Mediapart pour inciter les demandeurs d'emploi à récupérer l'argent que l'institution leur doit.

Intermittents privés d'aides en fin de droits, aide au permis accordée selon des règles plus contraignantes que ce qui est prévu par la loi, inégalité de traitement selon les régions, économies sur l'aide individuelle à la formation, neutralisation arbitraire des salaires anormalement hauts dans le calcul des indemnités… Yann Gaudin dénonce les dysfonctionnements, détaille les préjudices causés et les recours possibles. Ce quadragénaire célibataire se présente comme un lanceur d'alerte.

Militant écologiste engagé auprès des Gilets jaunes, il a les valeurs du service public chevillées au corps. « Trois chômeurs se suicident en moyenne tous les jours en France. Je ne supporte pas de les spolier de leurs droits », explique posément cet ancien commercial qui a connu le chômage avant de passer le concours de l'ANPE. « Quand j'ai été embauché en 2006, j'avais la foi et j'idéalisais le métier. Dès mes débuts, pourtant, on m'a reproché d'en faire trop », se souvient Yann.

Lire la suite : Yann Gaudin, le lanceur d’alerte breton de Pôle emploi qui aide les chômeurs

Comment Pôle emploi veut limiter le nombre d'offres non pourvues

Pôle emploi vient de lancer un service d'aide aux entreprises dans le recrutement de nouveaux talents. Le but : limiter le nombre d'offres d'emploi non pourvues. En 2018, on en comptait entre 210.000 et 350.000.

Bientôt moins d'offres d'emploi non pourvues grâce à Pôle emploi ? Dans le cadre de l'opération "Action recrut", les 1.000 conseillers Pôle emploi supplémentaires dédiés aux entreprises ont commencé à travailler à compter du 1er janvier, a-t-on appris jeudi auprès de l'opérateur public. Pour rappel, ce renfort d'effectifs - des conseillers en CDD pour trois ans - avait été annoncé dans le cadre de la réforme de l'assurance chômage.

Au total, ce sont 5.500 conseillers, contre 4.500 auparavant, qui vont "faire le service après-vente", a expliqué Catherine Poux, directrice des services aux entreprises de Pôle emploi, au cours d'une conférence de presse. "Aucune entreprise ne sera sans nouvelle d'un conseiller Pôle emploi, après avoir déposé une offre, au plus tard dans les 30 jours", a expliqué Catherine Poux. Ce qui pouvait arriver jusqu'à présent car les offres peuvent être déposées en ligne, sans contact avec un conseiller. Ainsi, 100.000 offres par mois sont actuellement sans réponse depuis 30 jours, d'après Stéphane Ducatez, directeur des études chez Pôle emploi.

Lire la suite : Comment Pôle emploi veut limiter le nombre d'offres non pourvues

Pôle emploi: les nouveaux conseillers entreprises au travail

Les 1.000 conseillers Pôle emploi supplémentaires dédiés aux entreprises ont commencé à travailler à compter du 1er janvier, a-t-on appris jeudi auprès de l'opérateur public, qui a aussi indiqué que le niveau des offres non pourvues était sensiblement le même en 2018 qu'en 2017.

Ce renfort d'effectifs - des conseillers en CDD pour trois ans - avait été annoncé dans le cadre de la réforme de l'assurance chômage, qui prévoit un durcissement de l'accès et une modification du régime d'indemnisation.

Au total, ce sont 5.500 conseillers, contre 4.500 auparavant, qui vont "faire le service après-vente", a expliqué Catherine Poux, directrice des services aux entreprises de Pôle emploi, au cours d'une conférence de presse.

"Aucune entreprise ne sera sans nouvelles d'un conseiller Pôle emploi, après avoir déposé une offre, au plus tard dans les 30 jours", a expliqué Catherine Poux. Ce qui arrivait jusqu'à présent car les offres peuvent être déposées en ligne, sans contact avec un conseiller.

Lire la suite : Pôle emploi: les nouveaux conseillers entreprises au travail

Elle dégrade les véhicules des agents de Pôle Emploi puis blesse deux policières

Lundi 6 janvier, une femme de 44 ans, très connue du service, composait le 17 et insultait l’opérateur radio qui venait de la renseigner sur une demande de numéro de téléphone.

Elle se défoule sur les véhicules

Elle était interpellée peu de temps après, par un équipage de la police municipale de Montigny-lès-Metz, alors qu’elle dégradait des véhicules garés devant le Pôle Emploi local, appartenant à des employés de l’agence où ses requêtes n’avaient pas été satisfaites.

Coups, insultes et crachats

Alors qu’un officier lui annonçait, au commissariat de Metz, son placement en garde à vue, elle s’énervait. Elle se levait, donnait un coup de pied dans sa chaise. Deux policiers tentaient de la maîtriser alors qu’elle portait des coups à plusieurs fonctionnaires. Sans oublier des insultes et crachats…

Lire la suite : Elle dégrade les véhicules des agents de Pôle Emploi puis blesse deux policières

Pour gruger Pôle emploi, les faux chômeurs ne reculent devant rien

Partir en vacances au soleil avec ses indemnités, omettre de signaler qu'on a retrouvé un emploi, maquiller sa démission en rupture conventionnelle… Pour piller l'assurance chômage, les indélicats n'ont que l'embarras du choix. Et les cadres ne sont pas les derniers à se servir.

Une "gestion stratégique de mes allocations chômage" : c’est ainsi que Julie, une jeune Parisienne de 29 ans travaillant dans l’audiovisuel, décrit la fraude qu’elle s’apprête à commettre. Après avoir démissionné de son précédent job, elle enchaîne en ce moment les petits boulots. Mais à la fin de l’année, elle compte bien délaisser LinkedIn et les lettres de motivation pour s'en aller vadrouiller en Amérique latine pendant cinq mois. "Je sais que pour certaines personnes cela ne paraît pas moral, mais j’estime l’avoir mérité. J'ai vécu des moments très difficiles à mon ancien poste", se justifie-t-elle. Ne craint-elle pas de se faire attraper par les limiers de Pôle emploi ? "Pas vraiment : une de mes amies est partie plusieurs mois à New York, et elle ne s’est pas fait pincer." Julie a bien raison de ne pas s’inquiéter : plusieurs personnes nous ont confié avoir réussi à mystifier l’organisme public. "Je demandais à mes parents, qui étaient en France, de m’actualiser pour qu’on ne repère pas mon adresse IP (le numéro qui identifie chaque ordinateur connecté à Internet et que l'on peut localiser, NDLR).", nous raconte ainsi Fabien, qui a lui aussi profité il y a quelques années de son statut de chômeur pour partir arpenter les routes de l’Amérique du Sud, alors qu’il était censé chercher un job dans la logistique dans le nord de la France.

Lire la suite : Pour gruger Pôle emploi, les faux chômeurs ne reculent devant rien

Pôle emploi : Une médiation institutionnelle en recherche d'indépendance

Depuis des années, Pôle Emploi conduit une réflexion sur les pratiques de sa médiation. Pourtant, la mise en place du service, créé par la loi n° 2008-758 du 1er août 2008, a eu des début chaotiques. On peut se souvenir de la démission fracassante du premier médiateur de Pôle Emploi, en avril 2010.

En 2012, un conseiller de Jean-Louis Walter, médiateur de Pôle Emploi, Erick Lendormy, a suivi la formation EPMN. Rencontres et échanges ont eu lieu avec cette institution. Outre les marqueurs de la dégradation relationnelle, l’un des fondamentaux de la Médiation Professionnelle se retrouve ainsi dans la pratique de Pôle Emploi : ne pas contester la légitimité de toute réclamation…

“Toute question déposée par un demandeur d’emploi dans son espace personnel doit impérativement trouver réponse. Celle-ci doit être adéquate et individualisée. Pôle emploi s’en fait un devoir. Et le système fonctionne : non seulement les demandeurs n’en profitent pas pour déposer de plus en plus de réclamations, mais les agences constatent qu’une réponse personnalisée, avec un conseiller à l’écoute, supprime les va-et-vient inutiles et chronophages. S’il existe, comme partout, des personnes plus procédurières, cela reste rare.” La révolution douce de Pôle Emploi, par Jean-Louis Walter. 21.11.2019

Lire la suite : Pôle emploi : Une médiation institutionnelle en recherche d'indépendance